librest

Paris librairie, la plus grande librairie du monde.
Cherchez et réservez vos livres en 1 click, ils vous attendent en librairie !

facebookSuivez-nous sur Facebook
Librairie Générale

91 rue de Fontenay - Vincennes | 01 43 28 04 15

lundi : 14h30 > 19h30
du mardi au samedi : 9h30 > 19h30
dimanche : 10h30 > 13h00
Suivez-nous sur Facebookfacebook
Librairie Jeunesse, BD

174 rue de Fontenay - Vincennes | 01 43 28 84 30

lundi : 14h30 > 19h30
du mardi au samedi : 9h30 > 19h30
dimanche : 10h30 > 13h00

Nous sommes heureux de vous accueillir dans nos nouveaux espaces au 91 rue de Fontenay ! ::

EN VITRINE

  • Bernard Hoepffner

    figure de la traduction littéraire, disparaît

    Le monde du livre pleure la perte de Bernard Hoepffner, disparu depuis le 6 mai lors d’une promenade sur un sentier...

    Le monde du livre pleure la perte de Bernard Hoepffner, disparu depuis le 6 mai lors d’une promenade sur un sentier côtier du Pembrokeshire au pays de Galles. Un hommage lui sera rendu à la Maison de la Poésie le mercredi 7 juin.

    Par Léopoldine Leblanc, source http://www.livreshebdo.fr/article/bernard-hoepffner-figure-de-la-traduction-litteraire-disparait

    Figure de la traduction littéraire, Bernard Hoepffner a été porté disparu depuis le 6 mai alors qu’il effectuait une promenade le long d’un sentier côtier au pays de Galles. Il était âgé de 70 ans. Selon toutes probabilités, il aurait chuté ou aurait été emporté par une vague. En l’absence de corps, sa mort n’a pas encore été déclarée officiellement.

    Avant de devenir traducteur en 1988, avec La tendresse sur la peau d’Edmund White publié chez Bourgois, Bernard Hoepffner avait été restaurateur d’objets d’Extrême-Orient en Angleterre, puis agriculteur aux Canaries. Passionné par les littératures anglaise et américaine découvertes pendant son adolescence, l’homme est un lecteur curieux et insatiable d’auteurs et de textes audacieux. "Je suis amoureux de la langue anglaise, entièrement, complètement" affirmait-il sur France Culture en 2014 dans l’émission CulturesMonde.

    Un traducteur engagé et prolifique

    L’œuvre de traduction de Bernard Hoepffner est considérable et concerne aussi bien des textes fondamentaux des littératures américaine et anglo-saxonne – telles Les aventures de Tom Sawyer (2008) et celles d’Huckleberry Finn (2013) de Mark Twain qu’il traduit chez Tristram ou Ulysse de James Joyce (Gallimard, 2004) – que des auteurs contemporains. Parmi ses plus récentes traductions figurent notamment les auteurs dont il a traduit plusieurs ouvrages comme Gabriel Josipovici (Infini : l’histoire d’un moment, Quidam, 2016), David Grand (Mount Terminus, Seuil, 2016), Gilbert Sorrentino (L’abîme de l’illusion humaine, Cent pages, 2015) et Martin Amis (La veuve enceinte, Gallimard, 2013).

    Engagé pour faire reconnaître les qualités de la profession, Bernard Hoepffner a présidé l’Atlas, l’association pour la promotion de la traduction littéraire, de 2013 à 2015, avant d’en être le vice-président. Les membres de l’association et ses proches lui rendront hommage à la Maison de la Poésie à Paris, mercredi 7 juin à 19h30.

    http://www.livreshebdo.fr/article/b...

    >> Voir le détail
  • VINCENNES IMAGES FESTIVAL 2017

    19-21 mai à Vincennes

    Pour sa deuxième édition, Millepages sera partenaire du VIF 2017. Vincennes Images Festival est une manifestation....

    Pour sa deuxième édition, Millepages sera partenaire du VIF 2017.

    Vincennes Images Festival est une manifestation dédiée aux photographes amateurs et à tous les amateurs de photos. Son objectif est de mettre en lumière de nouveaux talents et leur permettre de rencontrer les professionnels du secteur : photographes, agences, galeries, fabricants, formateurs, juristes…

    La 2ème édition du festival, qui se déroulera les 19, 20 et 21 mai 2017, a le plaisir d’accueillir le photographe et humanitaire Yann Arthus-Bertrand comme Président d’honneur. Des expositions, conférences et ateliers animeront ce week-end dédié à la photographie.

    Le Vincennes Images Festival organise, à l’occasion de cette manifestation, un grand concours photo sur le thème « En mouvement ».

    Infos et programme : http://www.vincennesimagesfestival.com/

    >> Voir le détail
  • Annick Bouleau

    PASSAGE DU CINEMA, 4992

    Pour tous ceux qui aiment chercher/trouver, classer/ranger, couper/coller ET le cinéma, voici un ouvrage à découvrir,....

    Pour tous ceux qui aiment chercher/trouver, classer/ranger, couper/coller ET le cinéma, voici un ouvrage à découvrir, unique en son genre. Composé de 4992 fragments relevés dans des revues ayant trait au 7ème art depuis ses débuts, il compile des propos de professionnels du cinéma, réalisateurs, acteurs, producteurs, techniciens.. retraçant une histoire du cinéma, ludique et passionnante.

    http://www.ouvrirlecinema.org/ansedonia/edition.html

    Sarah Bazin-Slaney

    >> Voir le détail
  • Jean-Claude Pirotte

    Fin de cavale pour Jean-Claude Pirotte / Disparition d’un ami

    L’écrivain belge Jean-Claude Pirotte est mort. Après une vie de voyages et de poésie, notamment marquée par une cavale...

    L’écrivain belge Jean-Claude Pirotte est mort. Après une vie de voyages et de poésie, notamment marquée par une cavale dans les années 1970, il s’est éteint en France, le 24 mai, à l’âge de 74 ans.
    La littérature perd une précieuse voix. L’écrivain, poète et peintre belge Jean-Claude Pirotte est décédé, samedi 24 mai, d’un cancer généralisé, dans le Jura, non loin de la frontière suisse. Le Cherche Midi publie le 21 août, Portrait craché, récit de l’écrivain racontant le combat qu’il mené contre sa maladie.

    Né à Namur (Wallonie) le 20 octobre 1939, Jean-Claude Pirotte connaît une jeunesse faite de mauvaises fréquentations, à l’opposé de sa famille d’enseignants qu’il disait détester. Passionné de poésie, il publie son premier recueil, Goût de cendre (Thone), en 1963 durant ses études de droit.

    Un an plus tard, Jean-Claude Pirotte devient avocat. Mais sa carrière de magistrat tourne court lorsqu’en 1975 il est accusé d’avoir facilité la tentative d’évasion d’un de ses clients. Radié du barreau et condamné à un an et demi de prison, le poète prend la fuite vers la France. Il y mènera une vie de cavale jusqu’à la prescription de sa peine en 1981, année où il retourne à Namur. Dans la foulée, il publie Le journal moche (Luneau-Ascot) puis son premier roman, La pluie à Rethel, l’année suivante. Il remporte le prix Victor Rossel en 1986 avec Un été dans la combe, puis publie Sarah, feuille morte (1989), Le Noël du cheval de bois (1998). Avec Autres arpents (La Table Ronde), Pirotte remporte le prix Marguerite Duras en 2000.

    Jean-Claude Pirotte est à nouveau été récompensé en 2006 pour Une adolescence en Gueldre (La Table Ronde), prix des Deux-Magots. En 2012, le Grand prix de poésie de l’Académie française et le Goncourt de la poésie couronnent l’ensemble de son œuvre.

    A propos de ses années de fuite, le poète avait dit dans un documentaire : "Les magistrats qui m’ont condamné m’ont accordé une forme de bonheur. Celui de vivre dans l’extraordinaire.” Jean-Claude Pirotte vivait depuis plusieurs années avec l’écrivaine Sylvie Doizelet. Il est mort d’un cancer généralisé à l’âge de 74 ans.


    par François Oulac, repris de livreshebdo.fr
    http://www.livreshebdo.fr/article/fin-de-cavale-pour-jean-claude-pirotte

    >> Voir le détail
  • Pierre Autin Grenier

    Disparition d’un ami

    L’auteur français Pierre Autin-Grenier est mort à Lyon, samedi 12 avril, des suites d’une longue maladie. Adepte de la...

    L’auteur français Pierre Autin-Grenier est mort à Lyon, samedi 12 avril, des suites d’une longue maladie. Adepte de la forme brève et de l’humour noir, il a signé de nombreux récits et recueils de nouvelles.Laissant derrière lui une œuvre à la fois drôle et révoltée, l’écrivain Pierre-Autin Grenier s’est éteint samedi 12 avril à Lyon, sa ville natale, à l’âge de 67 ans.

    De ses débuts plutôt confidentiels avec son premier livre Entre parenthèses paru en 1978 (La Corde raide) suivi de Jours anciens (Jean le Mauve) en 1980, aux recueils de nouvelles et récits publiés chez Gallimard (Je ne suis pas un héros, Toute une vie bien ratée, L’éternité est inutile…), Pierre Autin-Grenier s’est imposé comme un maître de la forme brève, maniant l’humour noir et l’ironie avec brio, pour mieux exprimer son sentiment de révolte.

    Ses œuvres s’intéressent notamment aux "petites gens" et au quotidien. Dans Friterie bar Brunetti, par exemple, paru en 2005 chez Gallimard, l’auteur dépeint la vie de ce modeste café des années 1960 qu’il fréquenta dès l’âge de 20 ans et où il apprit la vie, la politique et la littérature auprès d’habitués tels que Raymond avec ses souvenirs d’Indochine, Madame Loulou la prostituée, Domi le cantonnier, le père Joseph, ou encore Renée la bistrotière.

    En 2011, Pierre Autin-Grenier a reçu le Grand Prix de l’humour noir pour C’est tous les jours comme ça (Finitude, 2010). Par ailleurs, les Carnets du dessert de lune rééditent, le 2 avril 2014, Chroniques des faits, des poésies en prose qui dépeignent un monde absurde et désespéré, peuplé de figures étranges. Son dernier livre, Rats, est paru en janvier 2013 chez Circa 1924.

    Souen Léger dans livrehebdo.fr du 14/4/2014
    lire l’article

    >> Voir le détail
Nos soirées filmées

L'AGENDA DE NOS ANIMATIONS

22
septembre
19h30

Librairie générale

Rencontres et Débats

LAURA KASISCHKE

>> Voir le détail
23
septembre
16h00

Librairie générale

Rencontres et Débats

Anne Grosfilley, "Wax & Co"

>> Voir le détail
27
septembre
19h30

Librairie générale

Rencontres et Débats

LOLA LAFON

>> Voir le détail
04
octobre
19h30

Librairie générale

Rencontres et Débats

VERONIQUE OLMI

>> Voir le détail

NOS DERNIÈRES LECTURES

L'AUTEUR À SUIVRE...

  • Jack London

    « Il écrirait. Il serait les yeux qui font voir le monde, les oreilles qui le font entendre, le cœur qui donne l’émoi. »

    Oui, un jour, il se le jure, il sera écrivain. Il touchera du doigt la reconnaissance, la gloire. Il oubliera ce qu’il fut, un gosse mal aimé, abandonné sur le pavé, un miséreux parmi les...
    >> Voir le détail
  • WILLIAM FINNEGAN

    L’HISTOIRE DU SURFEUR SANS ARGENT

    Au panthéon des grands romans de mer où resplendissent "Lord Jim" de Conrad, "Moby Dick" de Melville ou encore "L’autre côté du monde" de Robert Stone, il faudra désormais faire une place à "Jours barbares" de William Finnegan. Habité par la folle énergie de cette discipline rigoureuse que certains on put considérer à tort comme un délassement de jeunes oisifs, "Jours barbares" propose au lecteur avide de sensations fortes une toute autre vision du surf.

    Au gré de ce récit autobiographique et initiatique, William Finnegan témoigne d’une culture de la sédition, de cette liberté des mers chère au poète Pierre Reverdy qui conduisit une jeunesse en quête...
    >> Voir le détail
  • Lettre à Nathacha Appanah

    "Tropique de la violence", son nouveau roman, est une plongée dans l’enfer d’une jeunesse livrée à elle-même sur l’île française de Mayotte, dans l’océan Indien. Dans ce pays magnifique, sauvage et au bord du chaos, cinq destins vont se croiser et nous révéler la violence de leur quotidien.

    Chère Nathacha, J’ai décidé de vous écrire une lettre car je voulais être sûre que rien ne m’échappe ce soir. J’ai donc préférer consigner par écrit les raisons pour lesquelles vous êtes ici ce soir. Merci,...
    >> Voir le détail
  • Lettre à Héloïse Guay de Bellissen

    Très chère Héloïse, On se connaît un peu. C’est moi qui avait choisi de t’inviter à la rentrée littéraire Librest au théâtre de la bastille en 2015. Tu venais de publier ce formidable roman, Les enfants de chœur de l’Amérique aux éditions Anne Carrière. On était flippé toutes les deux de monter sur la scène du théâtre. Alors on a bu des coups avant d’y aller. Des coups de café parce qu’à 10h du mat’, on allait...
    >> Voir le détail

CD / DVD

  • Susanne Sundfor

    Music for people in trouble - Bella Union/Pias

    Bella Union/Pias

    Un très bel album néo folk avec des sonorités jazz.
    Les compositions de cette artiste norvégienne qui se situe quelque part entre Joan Baez et Joni Mitchell est une vraie découverte.

    Brindha Seethanen

    >> Voir le détail

  • Angus and Julia Stone

    Snow - PIAS

    PIAS

    C’est une bénédiction que cette réconciliation. Le joli duo frère/soeur nous avait drôlement manqué. On les retrouve avec cet album aux lignes épurées,tout en délicatesse. Snow nous éblouie un peu comme lorsque l’on regarde la neige en plein soleil. Mais on ne détourne pas les yeux car le paysage (musical ici) est un ravissement.

    Brindha Seethanen

    >> Voir le détail

  • Fink

    Resurgam - R’COUP’D/PIAS

    R’COUP’D/PIAS

    Fink
    Après un enregistrement live très discret, c’est le grand retour de Fin Greenall, guitariste génial d’origine anglaise, pionnier de l’electro, et chanteur hors pair à la voix soul, il nous propose une fois encore des compositions d’une intensité rare qui rappellent que la quintessence musicale se trouve quelque part du côté du blues.

    Brindha Seethanen

    >> Voir le détail

  • Trio Da Kali and Kronos Quartet

    Ladilikan - World Circuit/Pias

    World Circuit/Pias

    Voici un disque d’une grande qualité qui allie tradition mandingue et musique nouvelle du très célèbre quatuor à cordes Kronos Quartet. Une fusion parfaitement réussie pour un voyage envoûtant sans bouger de chez soi.

    >> Voir le détail

  • Omar Sosa & Seckou Keita

    Transparent Water - MDC/Pias

    MDC/Pias

    Le pianiste cubain Omar Sosa enrichit sa passionnante discographie d’une collaboration avec Seckou Keita, chanteur et joueur de kora sénégalais. Avec la complicité d’autres artistes cosmopolites, ils forgent un album innovant où la liberté et l’improvisation sont les clefs d’une musique profondément spirituelle. Sereine et emprise d’une douce exaltation, elle résonne aussi comme un antidote face au tumulte du monde.

    Transparent Water est un nouvel exemple de la quête perpétuelle d’Omar Sosa vers de nouvelles orientations musicales. Les treize morceaux qui le composent révèlent une inspiration qui est celle de musiciens adeptes de l’écoute attentive et parfois d’une douce exubérance. Engagés dans une conversation musicale chaleureuse et captivante, ils se libèrent – et donc nous libèrent – du temps et des contingences du quotidien. Sans emphase aucune, on peut même affirmer que leur art, qui emprunte aux cultures des cinq continents, explore l’esprit collectif de la condition humaine, et qu’il s’agit sans doute de la plus pure des musiques du monde d’aujourd’hui.

    Ecouter un titre sur youtube

    http://www.music-mdc.com/fr/artistes/omar-sosa-seckou-keita/

    >> Voir le détail