Fiche numéro : 4 - juillet 2010

Pierre Pelot

Combien d'hommes et de femmes, cheminant sous les sombres frondaisons, passés, en allés, vers des buts d'importance disparus dans l'humus? Combien de leurs histoires qui furent des vies sans bruits, combien sous leurs écorces humaines de tonnerres enfouis ? Hier comme aujourd'hui, aujourd'hui comme jamais. ”
Rendez-vous compte: 200 livres, dont des chefs d’oeuvres comme “C’est ainsi que les hommes vivent ” (Denoël, puis le livre de poche), et ce diable
de Pelot n’a pas dit son dernier mot. Une vie d’écrivain, que dis-je, d’affamé d’histoires à la générosité proverbiale, et le voilà en maraude au pays natal,
ses Vosges, sa “montagne des boeufs sauvages” qui devient, le temps d’un livre, le centre du monde sensible.

Pelot a su rester gamin, il n’a jamais cessé de remplir ses poches de cailloux et de bouts de ficelles, de gaver sa gibecière de souvenirs pour nourrir ses
livres dans le seul but de nous émerveiller. Dans ce récit-mémoire foisonnant, il nous fait rire, nous émeut et finit par nous mettre le cœur en miettes.

Les hommes, la nature et ses paysages, le temps qui passe et l’écriture, bref, la littérature ce trésor que notre époque néglige trop souvent, de tout cela Pelot fait son miel. Rendons grâce à cet homme d’incarner avec tant de noblesse ce qu’il y a de meilleur en nous.

Lisons-le.