librest

Paris librairie, la plus grande librairie du monde.
Cherchez et réservez vos livres en 1 click, ils vous attendent en librairie !

facebookSuivez-nous sur Facebook
Librairie Générale

91 rue de Fontenay - Vincennes | 01 43 28 04 15

lundi : 14h30 > 19h30
du mardi au samedi : 9h30 > 19h30
dimanche : 10h30 > 13h00
Suivez-nous sur Facebookfacebook
Librairie Jeunesse, BD

174 rue de Fontenay - Vincennes | 01 43 28 84 30

lundi : 14h30 > 19h30
du mardi au samedi : 9h30 > 19h30
dimanche : 10h30 > 13h00

Nous sommes heureux de vous accueillir dans nos nouveaux espaces au 91 rue de Fontenay ! ::

LES LECTURES

DE MILLEPAGES

L'homme truqué

Auteur(s) : Maurice Renard

Edition : L'arbre Vengeur

Parution : 02/07/2014

Chronique de Antoine D :

Alors que tout le monde le croyait mort, un jeune poilu revient du front. Il est vivant. Vivant, oui, mais aveugle et doté d’un étrange regard... Dans ce classique du "merveilleux scientifique" à la française, l’auteur s’interroge sur le traumatisme de la guerre et sur le prix à payer pour l’avancée scientifique. Un roman passionnant, intrigant, un peu dérangeant et d’une incroyable modernité qui pourrait bien donner tort à St Exupéry quand il déclarait : "on ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux".

Resumé éditeur :

La marée-chaussée découvre un matin le cadavre du Dr Bare tué lors d'un guet-apens. Pour comprendre les raisons de ce meutrtre apparemment sans mobile, nous allons parcourir le carnet laissé par la victime et qui, remontant un an plus tôt, décrit l'incroyable retour dans sa ville d'un poilu de 14, dont le nom figure pourtant sur le monument aux morts, et qui manifeste une inquiétude et une angoisse dont nous découvrons peu à peu les ressorts. Capturé par les allemands, il a servi de cobaye pour une expérience de chirurgie oculaire: il est désormais un homme truqué qui ne voit plus par ses propres yeux... L'homme truqué a été publié en 1921. Il s'agit d'un «véritable cauchemar basé sur l'univers tel que le voit un grand mutilé dont les yeux ont été remplacés par des «électroscopes». Ce qu'il découvre ainsi est remarquablement décrit, et prétexte à des pages pleines d'une poésie visuelle étrange.» (Pierre Versins)