librest

Paris librairie, la plus grande librairie du monde.
Cherchez et réservez vos livres en 1 click, ils vous attendent en librairie !

facebook Instagram Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Librairie Générale

91 rue de Fontenay - Vincennes | 01 43 28 04 15

lundi : 15H00-18H00 (seulement retrait des commandes)
du mardi au samedi : 9H30-13H30 et 15H00-19H30
dimanche : 10H30-13H30
Suivez-nous sur les réseaux sociaux Instagram facebook
Librairie Jeunesse, BD

174 rue de Fontenay - Vincennes | 01 43 28 84 30

lundi : 15H00-18H00 (seulement retrait des commandes)
du mardi au samedi : 9H30-13H30 et 15H00-19H30
dimanche : 10H30-13H30

LES LECTURES

DE MILLEPAGES

Il est des hommes qui se perdront toujours

Auteur(s) : Rebecca Lighieri

Edition : P.o.l

Collection : Fiction

Parution : 05/03/2020

Chronique de Brindha Seethanen :

Plus belle la vie

Quel que soit le nom sous lequel elle écrit Rebecca Lighieri (ou Emmanuelle Bayamack-Tam) nous ravit avec sa description minutieuse des familles dysfonctionnelles. Dans ce nouvel opus, elle nous emmène au cœur d’une cité marseillaise. Non loin de là, derrière la colline, un campement de gitans deviendra le refuge des enfants malmenés par la vie. Ils sont trois, ils ont un salaud de père qui ne l’emporte pas au paradis...

C’est beau et violent, traversé de pulsations sexuelles, ça prend aux tripes. Tout est dit, il ne vous reste plus qu’à le lire !

Resumé éditeur :

Il est des hommes est un roman noir, au sens où il ambitionne de dire quelque chose du monde social, de sa dureté, de sa folie, de sa barbarie. Un roman qui se confronte aux forces du mal, qui raconte l'enfance dévastée, l'injustice, le sida, la drogue, la violence dans une cité de Marseille entre les années 80 et 2000. Le narrateur, Karel, est un garçon des quartiers Nord. Il grandit dans la cité Antonin Artaud, cité fictive adossée au massif de l'Etoile et flanquée d'un bidonville, « le passage 50 », habité par des gitans sédentarisés. Karel vit avec sa soeur Hendricka et son petit frère Mohand, infirme. Ils essaient de survivre à leur enfance, entre maltraitance, toxicomanie, pauvreté des parents, et indifférence des institutions. Le roman s'ouvre sur l'assassinat de leur père. Les trois enfants vont s'inventer chacun un destin. Karel s'interroge : « Qui a tué mon père ? » Et fantasme sur la vie qu'il aurait pu mener s'il était né sous une bonne étoile, s'il avait eu des parents moins déviants et moins maltraitants. Il se demande s'il n'a pas été contaminé par la violence, s'il n'est pas dépositaire d'un héritage à la fois tragique et minable, qui l'amènerait à abîmer les gens comme son père l'a fait. Il veille sur son petit frère et voit sa soeur réussir une carrière au cinéma. C'est aussi le roman de Marseille, d'avant le MUCEM et d'avant la disparition du marché de la Plaine, qui constitue la géographie sentimentale du livre. Et c'est une plongée romanesque dans toute une culture populaire dont l'auteure saisit l'énergie et les émotions à travers les chansons de l'époque, de Céline Dion à Michael Jackson, en passant par IAM , Cheb Hasni, Richard Cocciante ou Elton John.