librest

Paris librairie, la plus grande librairie du monde.
Cherchez et réservez vos livres en 1 click, ils vous attendent en librairie !

facebook Instagram Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Librairie Générale

91 rue de Fontenay - Vincennes | 01 43 28 04 15

 
Suivez-nous sur les réseaux sociaux Instagram facebook
Librairie Jeunesse, BD

174 rue de Fontenay - Vincennes | 01 43 28 84 30

 

LES LECTURES

DE MILLEPAGES

Femmes, race et classe

Auteur(s) : Angela Davis

Edition : Des Femmes

Parution : 13/02/2020

Chronique de Brinhdha Seethanen :

Immense figure militante dans les luttes sociales et politiques des Afro-Américains, l’engagement d’Angela Davis vient de son enfance en Alabama où elle fut marquée par le racisme et la violence envers les Noirs de son quartier. A 12 ans déjà, elle participe au boycott d’une compagnie de bus qui pratique la ségrégation. Elle obtient une bourse pour étudier dans un lycée new-yorkais où est mis en place un programme d’aide pour les élèves noirs du sud qui souhaitent continuer leur scolarité. Après son bac, elle entre en 1961 à l’université et étudie auprès de Herbert Marcuse, philosophe marxiste membre de l’école de Francfort. Elle poursuit ses études en Europe où elle enrichit sa vie de militante auprès des étudiants algériens en France et des jeunesses socialistes en Allemagne. Apprenant qu’une bombe explose dans une église de sa ville natale, elle décide de rentrer aux Etats-Unis pour s’engager aux côtés des Black Panthers. Enseignante à l’université de San Diego, elle n’en est pas moins active dans la communauté noire qui subit lynchage, supplices et exécutions sommaires. Elle est renvoyée de l’université par le gouvernement Reagan qui la surveille de près. C’est lors d’une prise d’otage qui exige la libération d’un membre des Black Panthers et qui se solde par quatre morts, qu’elle va devenir la personne la plus recherchée par le FBI : elle est accusée d’avoir fourni les armes. Après s’être cachée durant deux mois, elle est finalement arrêtée en 1970 puis condamnée à la peine de mort. Le monde entier se mobilise (en France, elle est défendue par Sartre et Aragon) et c’est sous la pression internationale qu’elle est acquittée de toutes les charges qui pèsent sur elle. Encore aujourd’hui, Angela Davis continue le combat, notamment contre la peine de mort et le système carcéral.

Femmes, race et classe, publié en 1982 à New York, est directement tiré de l’expérience militantiste acquise dès son adolescence. Selon elle, seule l’unité des combats sociaux et politiques, entre Blancs et Noirs, hommes et femmes peut venir à bout des injustices et des inégalités imposées par la classe dirigeante. Dans une analyse riche et passionnante étayée historiquement, elle met en parallèle les luttes féministes du siècle dernier et les luttes pour l’émancipation des Noirs, et montre combien les combats qui ont abouti sont ceux qui faisaient converger les revendications. Cette convergence des luttes s’est articulée dans l’histoire des États-Unis au fil des décennies, et même si elle a conduit à un décalage de priorités entre les différentes populations opprimées, Angela Davis montre que c’est ici la seule manière de faire entendre sa voix. Un texte brûlant d’actualité à l’heure où aux États-Unis comme partout ailleurs sur la planète, les luttes féministes, antiracistes et anticapitalistes tentent de protéger les libertés fondamentales.

Resumé éditeur :

Voici, enfin disponible en édition de poche l'essai majeur d'Angela Davis, figure emblématique des luttes pour les droits civiques aux États-Unis depuis les années 1960. Dans "Femmes, race et classe", Angela Davis, historienne et militante, retrace avec brio les liens entre féminisme, antiracisme et lutte des classes, à travers l'histoire des femmes, des noir-e-s et de leurs luttes aux États-Unis du XIXe siècle aux années 1970. Elle analyse aussi bien les écueils provoqués par le racisme dans le mouvement féministe américain blanc que la misogynie au sein des mouvements révolutionnaires noirs et montre comment des premiers liens se sont établis entre le féminisme naissant et la lutte pour l'abolition de l'esclavage, avant de se distendre face à la pression d'adversaires politiques qui cherchent à diviser les luttes. Redonnant vie à des figures politiques majeures méconnues en France, comme Sojourner Truth et son célèbre « Ne suis-je pas une femme ? » qui interroge la place des femmes noires dans la société, "Femmes, race et classe" est un essai dense et fondateur. Soulevant la question des contradictions à dépasser entre les oppressions spécifiques, il trouve aujourd'hui une actualité centrale avec les débats contemporains sur le féminisme dit « intersectionnel ».