librest

Paris librairie, la plus grande librairie du monde.
Cherchez et réservez vos livres en 1 click, ils vous attendent en librairie !

facebookSuivez-nous sur Facebook
Librairie Générale

91 rue de Fontenay - Vincennes | 01 43 28 04 15

lundi : 14h30 > 19h30
du mardi au samedi : 9h30 > 19h30
dimanche : 10h30 > 13h00
Suivez-nous sur Facebookfacebook
Librairie Jeunesse, BD

174 rue de Fontenay - Vincennes | 01 43 28 84 30

lundi : 14h30 > 19h30
du mardi au samedi : 9h30 > 19h30
dimanche : 10h30 > 13h00

LES LECTURES

DE MILLEPAGES

Le monde horizontal

Auteur(s) : Bruno Remaury

Edition : Corti

Collection : Domaine Francais

Parution : 22/08/2019

Chronique de Patrick Amar :

Quels rapports peut-il exister entre ces dizaines de mains découvertes sur les parois de
la grotte de Gargas en 1906, l’invention de l’Amérique et les obsessions de Vinci pour le
flux des eaux ?... Entre essai et fiction , Bruno Remaury croise des destinées
singulières et des évènements historiques, pour tracer les points cardinaux d’une
perspective anthropologique très audacieuse .
Entremêlant avec virtuosité de micro-récits aux représentations artistiques de Vinci,
Sander, Pollock ou Arbus, “Le monde horizontal” nous invite à reconstruire par
nous-mêmes les changements de représentation qui ont bouleversé notre civilisation,
passée en quelques siècles “d’une vision mystique du temps à une vision mythologique
de l’espace”.
Un premier roman visionnaire dans lequel l’expérience humaine se met sans cesse en
perspective d’une vision du monde.

Resumé éditeur :

Ce texte, qui mêle fiction et faits réels, entrelace petites et grandes destinées prises dans les mouvements invisibles du monde. S'y croisent un préhistorien amateur, des ogres, des mineurs rescapés, des figures bibliques, August Sander et Christophe Colomb, Léonard de Vinci, un lettré, une jeune émigrante, un chauffeur de bus, des essais nucléaires, Jackson Pollock ou Diane Arbus. Fonctionnant par fragments et associations, Le Monde horizontal dessine en la suggérant l'évolution de notre rapport au monde, de la verticalité des astres et des dieux du début des temps à l'horizontalité indéfiniment répétée de la civilisation qui nous entoure. Au bout de ce parcours, dont le lecteur est aussi le traducteur, reste la figure de l'homme, sa place dans le monde, les multiples visages de sa détresse. Au fond il s'agit d'une chronique au sens qu'en donne Walter Benjamin : une narration faite d'une superposition de couches minces et transparentes, qui se passe d'explication, et à laquelle le récepteur donne sa signification.