librest

Paris librairie, la plus grande librairie du monde.
Cherchez et réservez vos livres en 1 click, ils vous attendent en librairie !

facebook Instagram Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Librairie Générale

91 rue de Fontenay - Vincennes | 01 43 28 04 15

 
Suivez-nous sur les réseaux sociaux Instagram facebook
Librairie Jeunesse, BD

174 rue de Fontenay - Vincennes | 01 43 28 84 30

 

LES LECTURES

DE MILLEPAGES

Meurtres à Atlanta

Auteur(s) : James Baldwin

Edition : Stock

Collection : La Cosmopolite

Parution : 19/02/2020

Chronique de Brindha Seethanen :

Alors que des dizaines d’enfants noirs sont retrouvés assassinés dans les coins sombres de la ville d’Atlanta, James Baldwin revient sur l’enquête qui a condamné un homme noir sans preuves tangibles. Son propos n’est pas de disculper l’accusé mais d’interroger les fondements de cette idéologie racialisée qui a mené à l’atroce évidence de ses innombrables dérives. Une vingtaine d’année après le mouvement des droits civiques, la folie ségrégationniste poursuit son oeuvre mortifère. C’est elle qui a marqué au fer rouge de la peur et de la honte, la peau de ces hommes noirs qui ne cessent de se haïr au point de se détruire.

Et à travers ces pages admirables nous entendons résonner le cri de Baldwin tel "le noir métal de sa colère en crues" *

* René Depestre, Minerai noir

Resumé éditeur :

Entre 1979 et 1981, vingt-huit enfants, tous âgés entre 7 et 16 ans, tous noirs, tous issus de familles pauvres sont assassinés à Atlanta, Géorgie, dans le Sud profond des États-Unis. En juin 1981, un Noir de 23 ans, Wayne Williams, est arrêté pour le meurtre de deux hommes. C'est le suspect idéal. Et c'est lui qui sera jugé, puis condamné à la prison à vie pour le meurtre des vingt-huit enfants, sans aucune preuve tangible. Quand James Baldwin, qui s'est toujours senti du côté des plus faibles, est invité à écrire un livre sur les meurtres de ces enfants, il accepte. Après une enquête menée sur place, quatre ans après les événements, Baldwin ne conclut ni à la culpabilité de Williams, ni à son innocence. L'essentiel est ailleurs. Le drame d'Atlanta agit en effet à la manière d'un révélateur et montre la limite des conquêtes du mouvement des droits civiques. Baldwin décrit une société déchirée par la haine et la peur, par la hantise raciale. Trente-cinq ans après sa première publication, ce texte n'a rien perdu de sa force ni de sa modernité. Ni, tragiquement, de son actualité.