Retour à la liste
Au cabaret de l'amour

Au cabaret de l'amour

de Anonyme

chez Gallimard

Paru le 12/03/1986

7,65€ Disponible à Millepages
Quantité

Kabîr naquit vers 1440 et mourut en 1518 après avoir vécu l'humble vie de tisserand. Ses paroles sont à l'origine du mouvement religieux des kabîr-panthî (4 millions d'adhérents) ; les sikh eux aussi le tiennent pour un de leurs maîtres. musulman d'ascendance - car kebir, en arabe, signifie " grand " -, kabîr s'était pourtant assimilé à l'hindouisme. il subit l'influence de râmânanda et du hatha-yoga, puis, à la suite d'une " illumination ", prêcha les petites gens. pandits, mollahs, yogis, tous ceux qui vivent en parasites des religions, il les condamnait. Il veillait à se garder " du véda comme du coran ". ainsi que toukârâm, le mystique marathe, il aspirait à l'union directe avec râm, l'absolu, qui transcende toutes les sectes. on l'accusa donc de vouloir se diviniser, ainsi qu'à bagdad un peu plus tôt mansur hallâj. plus chanceux, il échappa de peu au supplice. aujourd'hui, musulmans et hindous se reprochent mutuellement de l'avoir persécuté. a la différence des prétendus poèmes de kabîr publiés par mme mirabeau-thorens d'après l'anglais de tagore, et qui n'offrent guère de garantie d'authenticité, ceux-ci sont directement traduits du dialecte hindi qui fut celui de kabîr : langue malaisée, de syntaxe toute personnelle, et truffée de mots arabes ou persans. La belle traduction de mlle vaudeville colle à ce chant si simple et fulgurant, très modeste et plus ambitieux encore, celui d'un homme qui répudie à la fois le syncrétisme banal et les arcanes de l'ésotérisme, et qui, prophète une fois de plus de l'unité, à ce titre doit toucher l'agnostique aussi bien que le croyant.
EAN
9782070706334
DATE PARUTION
12/03/1986
SUPPORT
Grand format
PAGES
238
POIDS
0.25g