librest

Paris librairie, la plus grande librairie du monde.
Cherchez et réservez vos livres en 1 click, ils vous attendent en librairie !

facebookSuivez-nous sur Facebook
Librairie Générale

91 rue de Fontenay - Vincennes | 01 43 28 04 15

lundi : 14h30 > 19h30
du mardi au samedi : 9h30 > 19h30
dimanche : 10h30 > 13h00
Suivez-nous sur Facebookfacebook
Librairie Jeunesse, BD

174 rue de Fontenay - Vincennes | 01 43 28 84 30

lundi : 14h30 > 19h30
du mardi au samedi : 9h30 > 19h30
dimanche : 10h30 > 13h00

LES LECTURES

DE MILLEPAGES

Les hommes du ministère

Auteur(s) : Léonard Vincent

Edition : Anamosa

Parution : 03/10/2019

Chronique de Jean-Eric Nuquet :

Depuis 10 ans plus de 300 000 Érythréens ont fui leur pays.
Léonard Vincent, journaliste spécialiste de l’Afrique de l’Est et écrivain, s’est inspiré des centaines de témoignages de ces évadés qu’il a écoutés pour imaginer les parcours croisés de trois hommes face au pouvoir absolu : Tobias, Le Chef, l’enfant turbulent et bagarreur devenu le le tyran le plus craint de la corne de l’Afrique. Omer, l’ex maquisard opérateur radio, le poète raté nommé ministre malgré lui. Nebsi l’ancien guérillero intègre, maintenant chargé du protocole diplomatique d’un pouvoir totalitaire. Tour à tour bourreaux et victimes, pantins d’une vie qu’ilsl ne maitrisent plus, leur destinée romanesque va, au fil des pages, prendre les traits du visage torturé d’une dictature ordinaire et de la peur universelle.

Un livre qui éclaire magnifiquement les passés obscures et insondables des migrants anonymes de nos grandes capitales.

Resumé éditeur :

Dans une capitale d'Afrique, une Land Rover roule trop lentement, des silhouettes rasent les murs, un homme fait semblant d'écouter la radio. Et le Chef, ce « ge´ant courbe´ avec un sourire irre´sistible, de grands bras affectueux et des yeux de requin », assiste aux cérémonies officielles qu'il méprise souverainement. Telle est l'atmosphère glaçante d'une dictature ordinaire : les sourires mièvres et les ors de protocoles minables sont lourds de menaces, le sentimentalisme, l'apparente normalité recèlent une tension sourde et fatale. Une mouche qui vole, la canicule, la transpiration, la paralysie même qui saisit le ministre Omer Hassan et le fonctionnaire Nebsi ont un air de déjà-vu. Léonard Vincent emprunte dans son récit l'imaginaire du roman d'espionnage, mais les ressorts codifiés de la peur contaminent aussi le réel. Chaque jour dans les démocraties occidentales, il arrive de s'asseoir dans le bus à côté de ces « évadés » venus chercher asile et protection, petits soldats hagards de la comédie du pouvoir.