librest

Paris librairie, la plus grande librairie du monde.
Cherchez et réservez vos livres en 1 click, ils vous attendent en librairie !

facebookSuivez-nous sur Facebook
Librairie Générale

91 rue de Fontenay - Vincennes | 01 43 28 04 15

lundi : 14h30 > 19h30
du mardi au samedi : 9h30 > 19h30
dimanche : 10h30 > 13h00
Suivez-nous sur Facebookfacebook
Librairie Jeunesse, BD

174 rue de Fontenay - Vincennes | 01 43 28 84 30

lundi : 14h30 > 19h30
du mardi au samedi : 9h30 > 19h30
dimanche : 10h30 > 13h00

LES LECTURES

DE MILLEPAGES

Trois fois la fin du monde

Auteur(s) : Sophie Divry

Edition : Noir Sur Blanc

Collection : Notabilia

Parution : 23/08/2018

Chronique de Brindha Seethanen :

Le grand talent de Sophy Divry est de nous embarquer à chaque livre dans des univers très différents.

Ici, nous sommes projetés dans l’exploration des confins d’un monde. A l’origine existe une violence cauchemardesque, invasive, destructrice, telle une gangrène. Puis nous voilà au beau milieu d’une nature sombre, antédiluvienne qu’il faut maîtriser car devenue étrangère mais qui se révèle par la suite libératrice. Telle est la puissance narrative de ce roman stupéfiant qui nous emporte sur des pistes métaphoriques. L’homme est un loup pour l’homme, mais lorsqu’il se retrouve seul au sein d’une nature qu’il a longtemps méprisé, que lui reste-t-il ?

Resumé éditeur :

L'auteure de La condition pavillonnaire et de Quand le diable sortit de la salle de bain signe, avec Trois fois la fin du monde, un roman complètement différent des précédents et nous fait vivre une expérience littéraire d'une grande acuité. Après une cavale avec son frère qui se termine mal, Joseph Kamal se retrouve en prison, basculant dans un univers inhumain. Les gardes et les détenus rivalisent de cruauté retorse. Après une explosion nucléaire d'un type inconnu, il réussit à s'échapper et à se cacher dans une zone interdite. Esseulé, Joseph Kamal essaye de survivre en errant dans les maisons abandonnées. Il finit par s'installer dans une ferme désertée et se construit une nouvelle vie en phase avec la nature qui n'a jamais été aussi belle pour celui qui a pu fuir. Isolé de l'humanité, il lutte contre la déchéance et tente de garder une dignité. Trois fois la fin du monde, qui explore un monde en voie de déshumanisation, est servi par une écriture envoû- tante, d'une force poétique remarquable. Une tension permanente rend la lecture de ce roman crépusculaire impressionnant de justesse, aussi passionnante qu'op- pressante. À la lisière de la plume féroce de Thomas Bernhard, de l'expérience psychologique du Mur Invi- sible de Marlen Haushofer et des nature writing amé- ricains, ce nouveau roman de Sophie Divry la place définitivement dans la cour des très grands.