librest

Paris librairie, la plus grande librairie du monde.
Cherchez et réservez vos livres en 1 click, ils vous attendent en librairie !

facebookSuivez-nous sur Facebook
Librairie Générale

91 rue de Fontenay - Vincennes | 01 43 28 04 15

lundi : 14h30 > 19h30
du mardi au samedi : 9h30 > 19h30
dimanche : 10h30 > 13h00
Suivez-nous sur Facebookfacebook
Librairie Jeunesse, BD

174 rue de Fontenay - Vincennes | 01 43 28 84 30

lundi : 14h30 > 19h30
du mardi au samedi : 9h30 > 19h30
dimanche : 10h30 > 13h00

Cycle de rencontre : Poétiques migratoires

LES LECTURES

DE MILLEPAGES

La pluie à Rethel

Auteur(s) : Jean-Claude Pirotte

Edition : Table Ronde

Collection : La Petite Vermillon

Parution : 20/09/2018

Chronique de Pascal Thuot :

"La pluie à Rethel" ruisselle de beauté et d’inspirations émouvantes. Les visages de femmes aimées, l’empreinte des caresses que la pluie efface à l’aube, les paysages à la Bruegel. Si la mort rôde, la vie se déguste à grandes lampée de vin d’Arbois, gauloise au bec. La phrase de Pirotte s’apparente à une dérive élégante sur l’onde glauque d’une rivière sentimentale. Grand poète insurgé, digne héritier de Rimbaud et de Dhôtel, Jean-Claude Pirotte ne doit plus être le trésor le mieux caché de la littérature française. Il est grand temps de faire scintiller ses joyaux au grand jour.

Resumé éditeur :

« Le narrateur écrit qu'il écrit La Pluie à Rethel - que les choses soient bien claires. Il écrit qu'il attend de ne plus attendre, que l'absence est sa seule compagne, qu'il a froid, qu'il a faim, qu'une migraine le torture, que sa jambe le fait atrocement souffrir. Le narrateur n'est pas vraiment un héros, et il passe son temps à maudire ce lyrisme de pacotille sitôt qu'il l'assaille au détour d'une phrase en voulant lui léguer de pré- tendues prétentions littéraires. Pour écrire La Pluie à Rethel, et la mouise incandescente d'une vie perdue, point n'est besoin de littérature ni d'aucun courage. Ce qu'il faut, plutôt, c'est un bourgogne trop vert, quelques bonnes vieilles gauloises, et une rêveuse er- rance en appellation d'origine contrôlée. Il faut aussi la nuit, et l'aube blême d'un bout de ciel qui hésite entre brouillard et crachin. Tout un univers abandonné au fond d'une province captive des rêves des vieux étés. La mémoire est une mère maquerelle que ses nippes font ressembler à un fantôme. » Extrait de la préface de Jean-Paul Chabrier