librest

Paris librairie, la plus grande librairie du monde.
Cherchez et réservez vos livres en 1 click, ils vous attendent en librairie !

facebookSuivez-nous sur Facebook
Librairie Générale

91 rue de Fontenay - Vincennes | 01 43 28 04 15

lundi : 14h30 > 19h30
du mardi au samedi : 9h30 > 19h30
dimanche : 10h30 > 13h00
Suivez-nous sur Facebookfacebook
Librairie Jeunesse, BD

174 rue de Fontenay - Vincennes | 01 43 28 84 30

lundi : 14h30 > 19h30
du mardi au samedi : 9h30 > 19h30
dimanche : 10h30 > 13h00

LES LECTURES

DE MILLEPAGES

Vie d'un esclave américain

Auteur(s) : Frederick Douglass

Edition : Nouveau Monde

Collection : Chronos

Parution : 22/11/2018

Chronique de Jean-Eric Nuquet :

"Mes lecteurs ont vu comment d’un homme on faisait un esclave ; ils vont voir comment un esclave devint un homme."
Voici les incroyables mémoires d’une des grandes figures abolitionnistes des Etats-Unis : Frederick Douglass, fils d’une esclave noire et d’un père esclavagiste, asservi pendant vingt ans, fugitif neuf ans durant et mort en homme et en penseur libre.
Difficile de se faire une idée de la condition des esclaves américains, des horreurs faites et des iniquités de l’esclavage sans avoir lu le livre de F. Douglass car il y a dans ces pages un ton qui ne laisse pas indifférent, le ton unique d’une colère froide mais apaisée.

Resumé éditeur :

Né dans une plantation du Maryland en 1818, Frederick Augustus Washington Bailey est esclave de père blanc. En 1825, il est envoyé comme manoeuvre à Baltimore, puis loué à un negro breaker (casseur d'esclaves) en 1834. À 20 ans, en 1838, il s'évade, déguisé en marin, et se réfugie dans le Massachusetts, où il prend le nom de Douglass et participe à des meetings abolitionnistes. En 1845, il publie ses Mémoires, dans lequelles il dissèque le système esclavagiste. Celui qui avait appris seul à lire et à écrire - persuadé que l'éducation était la clé de la liber- té - relate sa vie d'esclave et son émancipation, physique et intellectuelle. Là où les maîtres, « pour parvenir à traiter [l'esclave] comme une bête, [s'habituent] à exercer ce pou- voir qui n'a jamais de comptes à rendre », Douglass sait que la libération passe par la sortie de l'ignorance. Il se convertit rapidement en une des grandes figures abo- litionnistes des États-Unis et en père du Mouvement de libération des Noirs. Comme Twelve Years a Slave de So- lomon Northup quelques années plus tard, ses Mémoires deviennent un des grands textes classiques sur la condition des esclaves racontée par eux-mêmes et une référence de la littérature antiesclavagiste. En 1852, il déclarera dans son célèbre discours du 4 juillet : « Nulle part au monde il n'y a une nation qui soit coupable de crimes aussi sanglants et aussi ignobles que ceux que commettent en ce jour et à cette heure les citoyens des Etats-Unis. »