librest

Paris librairie, la plus grande librairie du monde.
Cherchez et réservez vos livres en 1 click, ils vous attendent en librairie !

facebookSuivez-nous sur Facebook
Librairie Générale

91 rue de Fontenay - Vincennes | 01 43 28 04 15

lundi : 14h30 > 19h30
du mardi au samedi : 9h30 > 19h30
dimanche : 10h30 > 13h00
Suivez-nous sur Facebookfacebook
Librairie Jeunesse, BD

174 rue de Fontenay - Vincennes | 01 43 28 84 30

lundi : 14h30 > 19h30
du mardi au samedi : 9h30 > 19h30
dimanche : 10h30 > 13h00

Cycle de rencontre : Poétiques migratoires

LES LECTURES

DE MILLEPAGES

Honorer la fureur

Auteur(s) : Rodolphe Barry

Edition : Finitude

Parution : 07/03/2019

Chronique de Pascal Thuot :

Louons maintenant James Agee (1909-1955)

Journaliste, homme de lettres et de cinéma, Agee illumine le vingtième siècle américain de sa trajectoire fulgurante. L’homme se distingue par l’ardeur de son tempérament, son intégrité et son empathie pour les gens de peu. Son inconsolable fureur de vivre et de dire se consuma hélas à la flamme d’un alcoolisme qui usa son corps jusqu’à la corde. En quelques livres hybrides et fiévreux, il marque d’une empreinte indélébile la littérature américaine et se voit même attribuer un Pulitzer posthume en 1957 pour "Une mort dans la famille". Critique de cinéma très écouté, on lui doit également les scénarios de deux chef d’œuvres absolus : "The African Queen" de John Huston et "The Night Of The Hunter" de Charles Laughton.

Alors, oui, loué soit le très (trop ?) discret Rodolphe Barry dont nous avions déjà tant aimé le très beau "Devenir Carver" de nous faire (re)découvrir de si belle et intense façon cette puissante figure d’ange blessé que Charlie Chaplin honora d’une amitié fidèle et sincère.

Resumé éditeur :

James se sent à l'étroit dans son petit bureau new-yorkais du Chrysler Building, à l'étroit dans son métier de journaliste comme dans sa vie. Il travaille pour Fortune, le magazine le plus libéral du pays. Tout ce qu'il hait. Alors quand son rédacteur en chef l'envoie dans son Sud natal pour une enquête sur la vie des métayers en Alabama, James se sent revivre. D'autant qu'on lui adjoint pour ce voyage un jeune photographe inconnu avec lequel il s'entend d'emblée. Le reportage deviendra un brûlot, un plaidoyer, un cri rageur face à la pauvreté des fermiers dans ces sinistres années trente. Puis un livre, un grand livre signé James Agee et Walker Evans, Louons maintenant les grands hommes. Le nom de James Agee se met à circuler chez les écrivains, les journalistes, tous les intellectuels. On parle d'un type fascinant, insupportable, brillant, révolté, alcoolique. Il travaille à un scénario pour John Huston, enchaîne les mariages, devient l'ami de Chaplin, et on dit même que pour son premier film en tant que réalisateur, l'illustre Charles Laughton lui a confié l'adaptation de La Nuit du chasseur. Rodolphe Barry s'est attaché à faire vivre l'homme caché derrière ces oeuvres et nous fait découvrir un artiste dont la soif d'absolu se fracasse sans cesse contre le réel, un homme en colère que ses propres faiblesses écoeurent.