librest

Paris librairie, la plus grande librairie du monde.
Cherchez et réservez vos livres en 1 click, ils vous attendent en librairie !

facebookSuivez-nous sur Facebook
Librairie Générale

91 rue de Fontenay - Vincennes | 01 43 28 04 15

lundi : 14h30 > 19h30
du mardi au samedi : 9h30 > 19h30
dimanche : 10h30 > 13h00
Suivez-nous sur Facebookfacebook
Librairie Jeunesse, BD

174 rue de Fontenay - Vincennes | 01 43 28 84 30

lundi : 14h30 > 19h30
du mardi au samedi : 9h30 > 19h30
dimanche : 10h30 > 13h00

A partir du dimanche 16 juillet, vos librairies Millepages passent aux horaires d’été. Toutes les infos ci-dessous dans la rubrique "en vitrine". ::

L'AUTEUR À SUIVRE

>> Nos archives

Lettre à Mia Couto

Nous reprenons ici la lettre lue en guise de préambule lors de cette merveilleuse soirée en compagnie de Mia Couto.

Cher Mia Couto,

Oui, cher Mia Couto, car à force de vous lire, j’ai l’impression qu’une forme de connivence s’est installée, ainsi plutôt que de vous présenter au lecteurs ici présents de manière formelle, j’ai eu envie de vous écrire pour vous dire combien vos livres ont la capacité de bouleverser l’existence du lecteur que je suis, de mes nuits surtout hantées par vos images animales, vos métamorphoses, vos paysages. Mais, fort heureusement, nous ne sommes pas seuls ce soir et je dois à cette assemblée, cette communauté fervente de vos lecteurs quelques éléments biographiques.

Vous êtes nés au Mozambique, de parents immigrés, à une époque où ce pays d’Afrique de l’Est était une colonie portugaise. Vous appartenez corps et âme à cette terre au point d’avoir un temps suspendu vos étude de médecine et de biologie pour vous engager auprès du FRELIMO (Frente de Libertação de Moçambique) dans la lutte pour l’indépendance, embrassant un temps la carrière de journaliste répondant ainsi par anticipation à ces mots lus dans « L’accordeur de silence » : « Si on te menace de coups, réponds par une histoire. ». L’écrivain forgeait ses premières armes.

Après ces années de lutte et de militantisme, votre engagement prendra une autre forme. Vous reprenez vos études de biologie, devenez ingénieur, métier que vous exercez toujours, enseignant également l’écologie à l’université. Parallèlement, vous donnez naissance à une œuvre unique et puissante qui semble rendre coup pour coup à cette guerre civile dévastatrice qui entre 1977 et 1992 fit quelques 900 000 morts et plus de 5 millions de déplacés.

Les lecteurs français ont pu, depuis quelques années vous découvrir sous le jour nouveau d’une traduction d’excellence sous la signature d’Elisabeth Monteiro Rodrigues ici présente, qui rend justice à la beauté et à l’inventivité de votre langue.

La langue, cette seconde patrie sans frontières que vous arpentez en tous sens avec l’attention d’un botaniste du Verbe capable de greffes audacieuses.

« Les mots qui existent – dites-vous – ne disent pas ce que je veux qu’ils disent. Il faut donc les investir. Seule la poésie donne le plaisir de le faire. C’est comme fabriquer un jouet. »

L’écriture devient un acte de naissance renouvelé, une manière de voir, l’invention du monde.

Le portugais et les traditions africaines constituent chez vous une double matrice qui parvient à enchanter la désillusion. Sous votre plume, les merveilles déraisonnables de la nature semblent acquérir le pouvoir de contaminer l’effroi né du surnaturel et l’indicible cruauté des hommes.

A vous lire, on se prend à penser dans les mêmes termes que Mwanito, l’inoubliable enfant narrateur silencieux de Jesusalem, lorsqu’il évoque Marta, la portugaise à la recherche de son mari perdu :

« Ses mots étaient étrangers, même dits dans la même langue. La langue de Marta avait une autre race, un autre sexe, un autre velours. Le simple fait de l’écouter était pour moi une façon d’émigrer de Jesusalem »

Chacun de vos lecteurs, cher Mia Couto, a cette chance inouï, cet incroyable privilège ; d’habiter au contact de cette prose unique et pénétrante d’autres pays que le sien et, surtout, de vivre d’autres vies que la sienne.

Bibliographie :

Terre somnambule (Terra sonâmbula), Albin Michel, 1994
Les Baleines de Quissico, Albin Michel, 1996
La Véranda au frangipanier (A Varanda do frangipani), Albin Michel, 2000
Chronique des jours de cendre, Albin Michel, 2003
Le Chat et le Noir, Dessins de Stanislas Bouvier, (O gato e o escuro), Éditions Chandeigne, 2004
Tombe, tombe au fond de l’eau (Mar me quer), Éditions Chandeigne, 2005
Un fleuve appelé temps, une maison appelée terre, Albin Michel, 2008
Le Dernier Vol du flamant, Éditions Chandeigne, 2009
Et si Obama était africain, Éditions Chandeigne, 2010
Le Fil des missangas, Éditions Chandeigne, 2010
L’Accordeur de silences (Jesusalem), Éditions Métailié, 2011
Poisons de dieu, remèdes du diable : les vies incurables de Vila Cacimba , Éditions Métailié, 2013
La Pluie ébahie (A Chuva Pasmada), Éditions Chandeigne, 2014.
La Confession de la lionne (A confissao da leoa), Éditions Métailié, 2015

Pascal Thuot