librest

Paris librairie, la plus grande librairie du monde.
Cherchez et réservez vos livres en 1 click, ils vous attendent en librairie !

facebookSuivez-nous sur Facebook
Librairie Générale

91 rue de Fontenay - Vincennes | 01 43 28 04 15

lundi : 14h30 > 19h30
du mardi au samedi : 9h30 > 19h30
dimanche : 10h30 > 13h00
Suivez-nous sur Facebookfacebook
Librairie Jeunesse, BD

174 rue de Fontenay - Vincennes | 01 43 28 84 30

lundi : 14h30 > 19h30
du mardi au samedi : 9h30 > 19h30
dimanche : 10h30 > 13h00

Littérature & Anthropologie : Cycle thématique mai 2019
Millepages sera ouverte le lundi 10 juin, dit de Pentecôte, de 14h30 à 19h30 ::

L'AUTEUR À SUIVRE

>> Nos archives

Le classique du mois de mars

Fiche n°1 - Mars 2019

L’affaire Maurizius
de Jakob Wassermann
Traduit de l’allemand par Jean-Gabriel Guideau
Editeur : Gallimard, coll. Folio
Année de première publication : 1928

Depuis dix-huit ans, Maurizius est en prison à perpétuité pour meurtre, condamné par un procureur droit et rigoureux, Andergast. Mais le fils du procureur, convaincu de l’innocence du prisonnier et fermement opposé à son père, décide de prouver l’innocence du premier et ainsi de démontrer l’erreur de jugement du second.
Librement inspiré d’un fait divers qui défraya la chronique outre-Rhin au début du vingtième siècle,
L’affaire Maurizius est un livre magnifique sur la justice et le rapport filial. C’est également une vaste fresque romanesque, sobre et élégante, doublée d’une réflexion profonde et lucide sur le désir de vérité. Méconnu mais remarqué par Henry Miller qui en signe une postface magistrale, il s’impose comme un classique de la littérature allemande.

L’auteur :
La vie de Jakob Wassermann est un roman. Né en 1873, il vit dans la misère la plus noire avant d’être repéré par un mécène. Il se noie alors dans le travail et connaît le succès. Profondément pessimiste, il se fait le combattant des injustices et dénonciateur farouche de l’antisémitisme allemand. Il se tue littéralement à la tâche et meurt en 1934. Ses oeuvres seront interdites puis brûlées par les nazis avant d’être oubliées.

Extrait :

L’auto attend. « Allez vite », crie-t-il au chauffeur. Il se laisse choir dans un coin de la voiture ; ses yeux violets, démesurément ouverts, fixent la pluie qui tombe. Il ne voit pas, ne regarde pas ; il ne pense pas, ne sent pas. Rentré au bureau, à trois heures de l’après-midi, il expédie au ministre de la justice une longue dépêche de deux cents mots où, en termes pressants, il lui demande la grâce immédiate du détenu Maurizius.

Fiche rédigée par : Antoine Desbordes