librest
facebookSuivez-nous sur Facebook
Librairie Générale

91 rue de Fontenay - Vincennes | 01 43 28 04 15

lundi : 14h30 > 19h30
du mardi au samedi : 9h30 > 19h30
dimanche : 10h30 > 13h00
Suivez-nous sur Facebookfacebook
Librairie Jeunesse, BD

174 rue de Fontenay - Vincennes | 01 43 28 84 30

lundi : 14h30 > 19h30
du mardi au samedi : 9h30 > 19h30
dimanche : 10h30 > 13h00

EN VITRINE

  • L’isolement en littérature

    Qu’il provienne d’une volonté de se couper du monde (comme dans "Le détour" ou "Éloge des voyages insensés") ou qu’il (...)
    Qu’il provienne d’une volonté de se couper du monde (comme dans "Le détour" ou "Éloge des voyages insensés") ou qu’il soit imposé par la société (dans "Urkas", "Sale temps pour les braves", ou "L’isolée"), l’isolement est une thématique riche pour la littérature.
    Voici notre sélection, variée, sur ce sujet.
    >> Voir le détail
  • La neige dans tous ses états

    Qu’elle soit imaginaire ou bien réelle, bucolique ou dangereuse, la neige qui possède une symbolique forte est un (...)
    Qu’elle soit imaginaire ou bien réelle, bucolique ou dangereuse, la neige qui possède une symbolique forte est un personnage littéraire à part entière. Voici une sélection de textes qui la mettent à l’honneur.
    Voici une sélection de textes qui la mettent à l’honneur
    >> Voir le détail
  • Annick Bouleau

    PASSAGE DU CINEMA, 4992

    Pour tous ceux qui aiment chercher/trouver, classer/ranger, couper/coller ET le cinéma, voici un ouvrage à découvrir, (...)

    Pour tous ceux qui aiment chercher/trouver, classer/ranger, couper/coller ET le cinéma, voici un ouvrage à découvrir, unique en son genre. Composé de 4992 fragments relevés dans des revues ayant trait au 7ème art depuis ses débuts, il compile des propos de professionnels du cinéma, réalisateurs, acteurs, producteurs, techniciens.. retraçant une histoire du cinéma, ludique et passionnante.

    http://www.ouvrirlecinema.org/ansedonia/edition.html

    Sarah Bazin-Slaney

    >> Voir le détail
  • Jean-Claude Pirotte

    Fin de cavale pour Jean-Claude Pirotte / Disparition d’un ami

    L’écrivain belge Jean-Claude Pirotte est mort. Après une vie de voyages et de poésie, notamment marquée par une cavale (...)
    L’écrivain belge Jean-Claude Pirotte est mort. Après une vie de voyages et de poésie, notamment marquée par une cavale dans les années 1970, il s’est éteint en France, le 24 mai, à l’âge de 74 ans.
    La littérature perd une précieuse voix. L’écrivain, poète et peintre belge Jean-Claude Pirotte est décédé, samedi 24 mai, d’un cancer généralisé, dans le Jura, non loin de la frontière suisse. Le Cherche Midi publie le 21 août, Portrait craché, récit de l’écrivain racontant le combat qu’il mené contre sa maladie.

    Né à Namur (Wallonie) le 20 octobre 1939, Jean-Claude Pirotte connaît une jeunesse faite de mauvaises fréquentations, à l’opposé de sa famille d’enseignants qu’il disait détester. Passionné de poésie, il publie son premier recueil, Goût de cendre (Thone), en 1963 durant ses études de droit.

    Un an plus tard, Jean-Claude Pirotte devient avocat. Mais sa carrière de magistrat tourne court lorsqu’en 1975 il est accusé d’avoir facilité la tentative d’évasion d’un de ses clients. Radié du barreau et condamné à un an et demi de prison, le poète prend la fuite vers la France. Il y mènera une vie de cavale jusqu’à la prescription de sa peine en 1981, année où il retourne à Namur. Dans la foulée, il publie Le journal moche (Luneau-Ascot) puis son premier roman, La pluie à Rethel, l’année suivante. Il remporte le prix Victor Rossel en 1986 avec Un été dans la combe, puis publie Sarah, feuille morte (1989), Le Noël du cheval de bois (1998). Avec Autres arpents (La Table Ronde), Pirotte remporte le prix Marguerite Duras en 2000.

    Jean-Claude Pirotte est à nouveau été récompensé en 2006 pour Une adolescence en Gueldre (La Table Ronde), prix des Deux-Magots. En 2012, le Grand prix de poésie de l’Académie française et le Goncourt de la poésie couronnent l’ensemble de son œuvre.

    A propos de ses années de fuite, le poète avait dit dans un documentaire : "Les magistrats qui m’ont condamné m’ont accordé une forme de bonheur. Celui de vivre dans l’extraordinaire.” Jean-Claude Pirotte vivait depuis plusieurs années avec l’écrivaine Sylvie Doizelet. Il est mort d’un cancer généralisé à l’âge de 74 ans.


    par François Oulac, repris de livreshebdo.fr
    http://www.livreshebdo.fr/article/fin-de-cavale-pour-jean-claude-pirotte
    >> Voir le détail
  • Pierre Autin Grenier

    Disparition d’un ami

    L’auteur français Pierre Autin-Grenier est mort à Lyon, samedi 12 avril, des suites d’une longue maladie. Adepte de la (...)
    L’auteur français Pierre Autin-Grenier est mort à Lyon, samedi 12 avril, des suites d’une longue maladie. Adepte de la forme brève et de l’humour noir, il a signé de nombreux récits et recueils de nouvelles. Laissant derrière lui une œuvre à la fois drôle et révoltée, l’écrivain Pierre-Autin Grenier s’est éteint samedi 12 avril à Lyon, sa ville natale, à l’âge de 67 ans.
    De ses débuts plutôt confidentiels avec son premier livre Entre parenthèses paru en 1978 (La Corde raide) suivi de Jours anciens (Jean le Mauve) en 1980, aux recueils de nouvelles et récits publiés chez Gallimard (Je ne suis pas un héros, Toute une vie bien ratée, L’éternité est inutile…), Pierre Autin-Grenier s’est imposé comme un maître de la forme brève, maniant l’humour noir et l’ironie avec brio, pour mieux exprimer son sentiment de révolte.

    Ses œuvres s’intéressent notamment aux "petites gens" et au quotidien. Dans Friterie bar Brunetti, par exemple, paru en 2005 chez Gallimard, l’auteur dépeint la vie de ce modeste café des années 1960 qu’il fréquenta dès l’âge de 20 ans et où il apprit la vie, la politique et la littérature auprès d’habitués tels que Raymond avec ses souvenirs d’Indochine, Madame Loulou la prostituée, Domi le cantonnier, le père Joseph, ou encore Renée la bistrotière.

    En 2011, Pierre Autin-Grenier a reçu le Grand Prix de l’humour noir pour C’est tous les jours comme ça (Finitude, 2010). Par ailleurs, les Carnets du dessert de lune rééditent, le 2 avril 2014, Chroniques des faits, des poésies en prose qui dépeignent un monde absurde et désespéré, peuplé de figures étranges. Son dernier livre, Rats, est paru en janvier 2013 chez Circa 1924.

    Souen Léger dans livrehebdo.fr du 14/4/2014 lire l’article
    >> Voir le détail

L'AGENDA DE NOS ANIMATIONS

01
Juillet
15h00
Millepages Jeunesse BD
Animations jeunesse, Dédicaces
Evènement: venez colorier notre vitrine!!
>> Voir le détail

NOS MEILLEURES VENTES

NOS DERNIÈRES LECTURES

L'AUTEUR À SUIVRE...

  • Lettre à Mia Couto

    Nous reprenons ici la lettre lue en guise de préambule lors de cette merveilleuse soirée en compagnie de Mia Couto.

    Cher Mia Couto, Oui, cher Mia Couto, car à force de vous lire, j’ai l’impression qu’une forme de connivence s’est installée, ainsi plutôt que de vous présenter au lecteurs ici présents de manière (...)
    >> Voir le détail
  • Albertine, l’insoumise.

    Voilà près de 50 ans, une jeune femme fougueuse et indépendante défrayait la chronique. Albertine Sarrazin demeure méconnue mais puisque Brigitte Sy a choisi de la porter à l’écran, nous vous proposons de redécouvrir une des plumes les plus modernes et originales de son époque.
    Abandonnée dès sa naissance, trimballée de son Algérie natale à Aix-en-Provence, puis Marseille avant sa fugue pour rejoindre la capitale, l’enfance de la jeune femme n’aura pas été tendre. Elle n’a (...)
    >> Voir le détail
  • Bernard Malamud, le meilleur des hommes

    Saisissons l’occasion de la publication aux éditions Rivages de son premier roman inédit en français, Le meilleur (The Natural, 1952)* et de la réédition de L’homme de Kiev (The Fixer, 1966, National Book Award et Prix Pulitzer)**, pour célébrer la mémoire de cette figure discrète de la littérature américaine. Enfin, discrète oui mais pas inconnue loin s’en faut. Demandez à Philip Roth ou à Cynthia Ozick, ils vous diront en chœur que Malamud est un grand parmi les grands, « un maître de la littérature américaine » doublé d’« un maître de la littérature juive ». Mazette ! Rien que ça ! Mais qui êtes-vous Monsieur Malamud ?

    Bernard Malamud (1914-1986) est né à Brooklyn de parents issus de la diaspora juive russe. La petite épicerie familiale et ses alentours, ce petit bout de Yiddishland new yorkais servira de décors à (...)
    >> Voir le détail
  • Neil Gaiman, le magicien

    Comment se fait-il que Neil Gaiman n’ait pas encore acquis en France la gloire dont il est auréolé partout ailleurs, pays anglo-saxons en tête ? Adulé par ses fans, respecté et probablement jalousé par ses pairs, le Britannique revient à la charge avec un roman étrange et envoûtant, un conte de fées sans complaisance, « L’océan au bout du chemin ». Une petite merveille de sensibilité et d’intelligence.
    Que cherche cet homme en costume noir sur les routes oubliées du Sussex ? Quel souvenir peut l’aimanter à ce point alors que l’adulte qu’il est devenu doit dominer de toute sa hauteur ses fantaisies (...)
    >> Voir le détail
  • Jean-Paul Didierlaurent

    Le livre de l’été arrive du diable vauvert, au propre et au figuré. Ce premier roman lumineux aiguise d’emblée la curiosité car avant même sa parution en France, il s’est taillé une solide réputation de success story à l’international. Rencontre.
    Interview Jean-Paul Didierlaurent / Pascal Thuot. Peut-on passer à côté de sa vie ou de la vie tout court à cause d’un nom ridicule ? Certains noms peuvent être vécus comme de véritables handicaps, au (...)
    >> Voir le détail

CD / DVD

  • Titi Robin et Medhi Nassouli

    Taziri - World Village/Harmonia Mundi

    World Village/Harmonia Mundi
    La musique est affaire de rencontres. Titi Robin au fil de ces 35 années passées à construire des ponts entre les cultures musicales tout en prenant soin de ses propres arpents, est devenu un expert en la matière ! Après « L ’ombre d’une source », collaboration profondément poétique et libre avec Michael Lonsdale, il retrouve Medhi Nassouli, renouant ainsi le fil d’une conversation musicale – bouzouk, gembri et chant - entamée en 2009 à Agadir, continuée en 2010 avec l’enregistrement de « likaat », le versant marocain de la fresque « Les rives ».

    Medhi Nassouli est issu d’une double culture gnaoui et berbère, initié très tôt au chant profond et aux subtiles harmonies du gembri, son instrument de prédilection, il dit avoir trouvé en Titi Robin, son Maâlem, littéralement « celui qui sait », un maître, donc.

    Mais qui est le maître de l’autre se demande-t-on en réalité ? Une telle complicité, un tel esprit de partage est signe de communion profane, d’humilité et d’une joie communicative de faire la route ensemble.

    « Taziri », clair de lune en berbère, nous permet le temps d’un disque de cheminer à l’abri des tensions du monde. Il démontre avec éclat qu’un disque, c’est plus que de la musique mise au format, c’est un album de voyages singuliers.

    Les neuf plages de « Taziri » dessinent les contours d’une méditerranée aux rives mouvantes dont les bords parviennent à se toucher par la grâce de mélodies emplies d’espoir et de force mais aussi empreinte de gravité à l’heure où tant d’hommes et de femmes perdent la vie dans de périlleuses traversées faute de mains tendues.

    Les instruments échangent à bâtons rompus comme le font les sages sous l’arbre à palabres.
    Les embruns de la grande bleue éclaboussent le blues antique du désert, le ribab de Foulane Bouhssine s’envole vers le ciel, les riffs d’accordéons de Francis Varis électrisent les cordes du bouzouk, les palmas andalouses des frères Saadna et de Bruno el Gitano soudent les hommes entre eux, tandis que Zé Luis Nascimiento bat les peaux de ses percussions avec affection. Le tout pour l’amour de la musique et de nos oreilles.

    « Taziri » déploie des paysages sonores inédits et raconte une histoire, celle du berceau de nos civilisations méditerranéennes. « Taziri » nous rappelle avec douceur et ferveur que le foyer doit être entretenu avec soin pour que cette flamme ne s’éteigne pas. Et n’oublions jamais, comme l’écrivait le grand écrivain turc Yachar Kemal que « ceux qui écrivent les chants du peuple sont bien plus puissants que ceux qui font les lois. »

    Brindha Seethanen
    >> Voir le détail

  • Abderrahmane Sissako

    Timbuktu en DVD

    Découvrez "Timbuktu" en DVD , le film le plus intense de l’année, récompensé par les Césars et en compétition au Festival de Cannes.

    Au Mali, des islamistes envahissent la ville de Tombouctou et y imposent la charia. Ils bannissent la musique, le football, les cigarettes, procèdent à des mariages forcés, persécutent les femmes et improvisent des tribunaux qui rendent des sentences injustes et absurdes. Malgré la férocité de leur répression, la population résiste avec courage, souvent au nom d’une autre conception de l’islam.

    Kidane est un éleveur touareg vivant dans le désert avec sa femme et sa fille. D’abord épargnée, sa famille va bientôt subir les nouvelles lois islamiques, à l’occasion d’un conflit avec un autre habitant.

    >> Voir le détail

  • Abelardo Barroso

    Cha Cha Cha - World Circuit Records

    World Circuit Records

    Nous sommes à la Havane dans les années 50. Et les Cubains sont dingues d’une musique qui vient de naître là : le cha-cha-cha. Dans des clubs comme le Tropicana, la Campana ou le Sans souci, à la radio, dans les juke-box, partout, on jouait ce cha-cha-cha. Avant de se retrouver sur scène en costard de couleurs Abelardo Barroso faisait la manche avec sa guitare. Abelardo Barroso est un homme qui a tout vécu. Il est cireur de chaussures, cheminot, boxeur. Puis il connaît la gloire comme chanteur dans les années 1930. Puis il connaît la dèche avec ses congas et sa guitare pour la dizaine d’années suivantes. Jusqu’au jour où un certain Ronaldo Valdès passe devant lui dans la rue et Ronaldo reconnaît cette voix.

    Un concentré de joie ! Il vous suffira de jouer ce disque sur une platine pour que vos pieds se mettent à bouger de leur propre chef ! Alors, n’hésitez plus un seul instant. ce disque détient le pouvoir très recherché d’écarter les nuages gris qui stagnent dans nos tête. Le Cha Cha Cha comme remède à la morosité !

    Brindha Seethanen
    >> Voir le détail

  • Johann Sebastian Bach/Pygmalion/Raphaël Pichon

    Köthener Trauermusic BWV 244a - Harmonia Mundi

    Harmonia Mundi
    Quand en 1728, meurt le Prince de Köthen, son ancien Kapellmeister n’a pas oublié les cinq années flamboyantes jadis passées à son service. Il lui dédiera une cantate funèbre presque entièrement construite sur la musique de deux œuvres majeures de cette époque : la Trauer-Ode et la Passion selon saint Matthieu. La partition est perdue, mais le livret et de nombreuses informations permettent de reconstituer aujourd’hui l’ouvrage. À l’occasion de son premier enregistrement pour Harmonia Mundi, Raphaël Pichon nous invite à un jeu de pistes musical passionnant à bien des égards.

    Raphaël Pichon et l’ensemble Pygmalion font danser la musique de Bach, la sublime en lui donnant des airs de fête, une envergure céleste. Il se pourrait bien que ce disque devienne votre passeport pour de belles et longues rêveries au coin du feu.

    Pascal Thuot

    >> Voir le détail

  • Les carnets de route de François Busnel saison 2 - François Busnel

    François Busnel
    Un voyage unique à travers l’Angleterre et l’Irlande à la rencontre des plus grands écrivains.
    >> Voir le détail